Le goût des fruits et légumes que l’on ramasse soi-même

jardin de Marie Overijse

Avec les beaux jours et le soleil, il est temps de faire un petit tour dans un potager bio où l’on peut ramasser soi-même les fruits et légumes parce que leur goût est unique, puisque le fruit de votre labeur.

D’habitude nous allons à Pur Fruit près de la frontière française, mais c’est fermé le dimanche, donc nous décidons d’aller au Jardin de Marie, qui en plus des fruits propose aussi plusieurs variétés de légumes bio. Continue reading “Le goût des fruits et légumes que l’on ramasse soi-même”

Le mystère graphique des fêtes foraines

Depuis la fin de l’enfance, je ne suis plus transportée de joie à l’idée d’aller à la fête foraine. Par contre, j’aime y passer du temps. C’est une expérience sociologique unique et l’occasion d’observer des lignes graphiques qui n’existent nulle part ailleurs, ni dans l’architecture, ni dans l’art, ni dans la nature.

La fête foraine comme microcosme graphique aime la photographie noir et blanc. La preuve par l’image au parc Walibi – pendant que les enfant eux, sont transportés de joie 🙂

Saga-Arashiyama, a children’s favourite in Kyoto

After Tokyo we decided to go to Kyoto, like most tourists do (or the other way round). Kyoto was high on our list, but little did we know that the area we had rented our apartment in, called Saga-Arashiyama, had lots to offer too.

Here is a list of what you can do in Saga. If you are planning to visit with kids, it’s the best place to stay in Kyoto, and you will soon understand why. Continue reading “Saga-Arashiyama, a children’s favourite in Kyoto”

D’une fraise pas mûre à une perle : les images pour aider les enfants à grandir

(la photo n’a rien avoir avec le sujet, mais vous comprendrez pourquoi, et me remercierez, en lisant le PPPS)

Notre fille est une petite fille très intelligente et vive par plein d’aspects mais qui en ce qui concerne la lecture (et un peu le calcul) a beaucoup de difficultés.

Il y a sans doute plusieurs facteurs à cela et elle est bien suivie pour l’aider, à son rythme, à grandir et progresser dans ses apprentissages tout en acquérant confiance en soi. Pour l’aider dans cette tâche, la psychothérapeute du développement qui la suit a eu une belle image. Elle lui a dit :

Tu sais Calliopée, tu es comme une petite fraise pas tout à fait mûre parmi d’autres fraises déjà mûres ou plus mûres. Alors le travail que l’on fait avec toi c’est d’enlever les feuilles qui empêchent les rayons du soleil d’accéder à ta fraise et de la faire mûrir.

Calliopée a beaucoup aimé cette image et l’utilise régulièrement, quoique moins depuis le début de l’année. C’est qu’entre temps elle a eu 7 ans, l’âge de raison, et qu’elle s’imagine sans doute qu’on attend qu’elle se conforme à ce que l’âge de raison implique pour une enfant comme elle.

Alors que nous lui faisons bien comprendre qu’elle n’a aucune pression, étant dans une école à pédagogie active, donc plus souple sur l’apprentissage des bases scolaires. Et puis, tant qu’un jour elle sait lire et compter, tout va bien. Par contre, si elle veut progresser, elle doit intégrer le goût de l’effort, car c’est un peu de ce côté là que ça pêche. Donc nous ne nous privons pas de faire des jeux ludiques avec elle, quand elle en a envie, qui l’obligent à lire un peu, ce qu’elle arrive, mais seulement avec de l’aide, parfois beaucoup d’aide.

L’image de la fraise lui a permis de se normaliser, de s’identifier aux autres. Mais je crois qu’il est temps de passer à la vitesse suivante 🙂

Car si le rôle du thérapeute est d’apporter les bases pour construire une psyché ‘normale’ (je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire, mais je pense que ‘socialisée’ est ce qui se rapproche le plus de mon interprétation), celui des parents est de pousser l’enfant haut, sans pour autant lui mentir sur ces capacités.

Alors voilà l’histoire que je lui ai racontée ce soir :

Calliopée, tu sais comment sont fabriquées les perles ? Non ? Alors c’est comme ça. Au début, il y a plein d’huîtres dans l’océan. Elles sont toutes pareilles, dures et grises à l’extérieur, et molles et baveuses à l’intérieur. Un peu comme de la morve, tiens (je fais hurler ma famille avec cette remarque pendant les fêtes de fin d’année, car je suis la seule à ne pas aimer les huîtres).

Mais voilà, un jour, dans l’une de ces huîtres, qui n’était pas bien fermée, un petit grain de sable se glisse. Ca la chatouille, la gratouille, la picouille, la démange, mais rien à faire, le grain de sable ne part pas, et pire, il grossit. L’huître est furieuse. Elle crie : “Sale grain de sable, va-t-en ! Je veux être comme les autres, moi, sans défaut. Normale, quoi…” Mais le grain de sable ne bouge pas d’un pouce et grossit, grossit, grossit. Un jour, qui peut être 2 à 6 ans après que le petit grain de sable s’est infiltré dans l’huître, que voit-on à la place du grain de sable ? Une perle magnifique, convoitée par les chasseurs de trésors !

Ma fille reste un peu interloquée, ne s’attendant pas à cette fin. Et puis je lui dit : “Ton petit grain de sable, en ce moment il grossit, et plus il grossit, plus tu crois qu’apprendre à lire devient insurmontable. Et un jour, paf ! sans t’en rendre compte, ton grain de sable est devenu une perle. Car non seulement tu auras appris à lire, mais tu auras aussi appris plein de choses qui vont te rendre plus forte que les gens normaux : le courage, la patience, la confiance en soi, mais aussi que toute compétence peut s’acquérir, si on en a vraiment envie.”

Take that Freud ! Et là (attention, petit moment d’émotion, sortez les mouchoirs amigos) elle ne dit rien et me prend longuement dans ses bras. Et puis elle s’endort paisiblement dans son lit. La perle a chassé la fraise, ou peut-être la fraise est-elle le grain de sable, qui sait. Ce qui est sûr, c’est qu’on va entendre parler des huîtres et de la perle pendant un bon moment. Mais pas à table, pitié !

C’est quoi les images que vous partagez avec vos enfants pour les faire grandir ?

PS : ni fraise et ni huître n’ont été martyrisées pour faire grandir ma fille, je le jure (enfin, pour les huîtres, vous l’aurez compris, je m’en moque comme de l’an 40)

PPS : si un jour vous rencontrez ma fille ne vous avisez pas de lui parler des huîtres dans Alice au pays des merveilles : ça gâcherait tout 🙂

PPPS : en préparant cet article j’ai cherché sans illusion des photos d’huîtres avec des fraises, et wow – j’en ai trouvé ! Donc grâce à mon tact sans égal, demain, vous pourrez encore vous régaler de l’un et l’autre. On dit merci qui ?

Préparer ses enfants à la survie : idées reçues, connaissances et techniques

“De nos jours, on peut survivre à tout, sauf à la mort.”
– Oscar Wilde

Apprendre à vos enfants à survivre dans des conditions difficiles, cela peut paraître la dernière de vos priorités, et pourtant, dans des cas très rares mais absolument critiques, cela peut leur sauver la vie. Par contre, cela ne doit pas venir comme un cheveu sur la soupe, pendant un #BrusselsLockdown ou suite à des attentats terroristes par exemple. Continue reading “Préparer ses enfants à la survie : idées reçues, connaissances et techniques”

Crumble de courge butternut et coco, sans gluten et sans laitage

Cela faisait longtemps que je n’avais pas posté de nouvelle petite recette, mais celle-là, j’avais vraiment envie de la partager car elle s’est révélée un grand succès auprès des grands (les enfants ont moins aimé, tant pis pour eux, na !), et elle est sans gluten et sans laitage pour ceux que ça aiderait. Continue reading “Crumble de courge butternut et coco, sans gluten et sans laitage”