Le yin et le yang des châteaux de la Loire en France

Petite escapade hivernale en France pour changer, avec une première introduction aux châteaux de la Loire pour les enfants. On a choisi un peu au hasard Chambord et Chenonceaux (les deux seuls dont je me souviens vraiment avec le château de Blois et le Clos-Lucé que j’ai visités enfant) et on n’a pas été déçus, surtout que nous avons eu droit à une visite insolite de Chambord qui nous a emmenés dans les entrailles du château et jusque dans les combles !

Mais plus que les châteaux eux-mêmes c’est le contraste entre deux principes dans la construction et l’aménagement qui m’a interpellé pendant ces visites. Chenonceaux et Chambord  représentent en effet un peu le yin et le yang parmi les châteaux de la Loire.

Chambord ou le principe yang

Chambord est né dans la tête du roi François 1er et a peut-être (on n’a pas de preuves formelles) bénéficié du génie de Léonard de Vinci dans sa conception architecturale.

Toujours est-il que Chambord est un château d’apparat, comme il existe des habits d’apparat, et qu’il n’a pas du tout été conçu pour être agréable à vivre. 5 éléments à charge découverts pendant notre visite qui datent de l’époque de François 1er :

  • Le château n’a pas de cuisines (en tous cas pas de pièces clairement identifiées comme telles).
  • De par ses dimensions monumentales (les pièces du donjon font 6,5m de haut et 162m carrés chacune) c’est un château impossible à chauffer malgré les 282 cheminées – il y a tout de même 426 pièces !
  • Les voûtes qui ornent les plafonds du donjon sont l’apanage des édifices religieux au XVIème siècle, et expliquent en partie la hauteur des plafonds qui rendent les pièces si difficiles à chauffer.
  • Le fameux escalier à double révolution, ainsi que la lanterne qui couronne l’escalier et qui dépasse sur le toit, sont des éléments architecturaux destinés à démontrer la splendeur de la royauté ainsi que la grandeur divine (puisque François 1er est roi par grâce divine et pas Charles 1er d’Espagne, futur Charles Quint, qui lui a été élu comme empereur du saint empire romain germanique, et qui au passage pique la place à François 1er, désigné favori juste avant la construction de Chambord). Le concepteur de Chambord a voulu par ses éléments placer Chambord au même rang qu’une “Jérusalem céleste” pour reprendre le terme de notre guide. Plus d’infos sur la symbolique divine et royale de Chambord dans cet excellent résumé de la visite insolite par une autre blogueuse.
  • L’entrée du donjon, l’édifice principal du château, se faisait par 12 portes (aujourd’hui 4 sont condamnées), comme pour la Jérusalem céleste.

Voici quelques photos qui vous donneront une idée de l’aspect monumental et extériorisé de Chambord. Chambord est vraiment le plus beau château de France de l’extérieur, alliant avec grâce des éléments traditionnels de l’époque pré-Renaissance et des éléments typiques de la Renaissance naissante.

L’intérieur est BEAUCOUP plus sobre, même si avec les yeux d’un noble du XVIème siècle il devait malgré tout être très impressionnant (pour les raisons évoquées ci-dessus surtout). C’est pourquoi Chambord est clairement du côté yang, masculin.

Chenonceaux ou le principe yin

Par contraste, Chenonceaux est tout empreint de principes féminins ou yin, tourné vers l’intérieur, sans pourtant renier une part de modernité et d’originalité dans son aspect extérieur.

Le château est connu comme le “Château des Dames”, car commandité puis toujours habité par des femmes : Katherine Briçonnet qui le fait construire en 1513, puis Diane de Poitiers, Catherine de Médicis, Madame Dupin (femme des Lumières) et enfin Simonne Menier qui se distingua pendant les deux grandes guerres du XXème siècle par son dévouement auprès des blessés du front.

Comme vous le verrez sur les photos, le château est bien plus confortable que Chambord. Des pièces à taille humaine, faciles à chauffer comme l’atteste la chaleur dans les pièces que nous avons visitées et qui profitaient d’une cheminée allumée, les cuisines absolument magnifiques logées dans les soubassements de la galerie qui surplombe le Cher, les tentures chaleureuses et le bois au sol (contrairement aux tommettes solognotes à Chambord).

Le principe yin est également actif dans le jardin du château, qui au lieu d’être carré et taillé au cordeau comme à Chambord, profite des méandres d’une rivière pour créer des espaces différents et ludiques : labyrinthe, jardin de fleurs, superbe ensemble fermier du XVIème siècle.

Bref, Chenonceaux est à l’image des femmes qui l’ont habité et embelli, puissant, subtile, féministe plutôt que féminin.

Etonnamment ce château, qui est le deuxième plus visité de France après le château de Versailles, est mieux connu pour son extérieur tout à fait original – c’est à ma connaissance le seul château-pont de France – que pour son intérieur.

C’est vrai que la vue de l’extérieur, surtout quand le château se reflète dans l’eau, est belle et “romantique”. Et même si l’intérieur est coquet et agréable, il n’en reste pas moins que l’extérieur est plus impressionnant et mémorable que l’intérieur. Il  est d’ailleurs rare de trouver des châteaux qui soient impressionnants de l’intérieur. C’est en partie parce que la décoration de la plupart des châteaux n’est plus à notre goût, alors que l’extérieur reste beau de manière plus intemporelle. A part la galerie des glaces de Versailles, je n’ai pas d’autres souvenirs en tête d’intérieurs extraordinaires.

En tous cas, ne vous fiez pas à l’extérieur d’un château pour juger de son confort. La vie de château ce n’est finalement pas si bien que ça !

Et vous, quel est votre château de la Loire préféré et pourquoi ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

eighty three − eighty =